assurance vie

Ecrit le 29 août 2023 Par Marie Héléne Girauard - 1393 Lectures


Quelle fiscalité pour l’assurance vie : ce qu’il faut savoir

L’assurance vie est un produit d’épargne très prisé en France, et pour cause : elle permet de se constituer un capital pour sa retraite, préparer sa succession ou encore financer un projet. Mais quelles sont les règles fiscales qui régissent cet outil financier ? Comment optimiser sa fiscalité ? Dans cet article, nous vous proposons de décrypter les principaux éléments de la fiscalité de l’assurance vie, afin que vous puissiez profiter pleinement de ses avantages.

Les différents types de revenus de l’assurance vie

L’assurance vie est un produit d’épargne qui engendre différents types de revenus, selon les options de placement choisies. Il est important de les connaître pour bien comprendre la fiscalité qui leur est appliquée.

Les intérêts des fonds en euros

Les intérêts générés par les fonds en euros sont soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et aux prélèvements sociaux. Le taux de prélèvement dépend de la durée de détention du contrat d’assurance vie. Pour les contrats de moins de 4 ans, les intérêts sont imposés à hauteur de 35% ; entre 4 et 8 ans, le taux passe à 15% ; et au-delà de 8 ans, il est de 7,5%.

Les plus-values des supports en unités de compte (UC)

Les plus-values réalisées lors de la cession de supports en unités de compte sont également soumises à l’impôt sur le revenu, selon le barème progressif. Les prélèvements sociaux sont quant à eux prélevés à hauteur de 17,2% sur les gains.

L’abattement après 8 ans de détention

Un des principaux atouts de l’assurance vie réside dans l’abattement dont bénéficient les épargnants après 8 ans de détention du contrat. Cet abattement permet d’exonérer une partie des gains de l’impôt sur le revenu.

Pour les contrats souscrits depuis le 27 septembre 2017, cet abattement s’élève à 4 600€ pour une personne seule et à 9 200€ pour un couple marié ou pacsé. Il est appliqué sur les gains réalisés lors de rachats effectués après 8 années de détention du contrat.

fiscalité assurance

La fiscalité en cas de décès

En cas de décès de l’assuré, les sommes transmises aux bénéficiaires du contrat d’assurance vie sont soumises à une fiscalité spécifique.

A lire aussi :   Comment faire pour contacter l'assurance retraite par téléphone ?

Les contrats souscrits avant le 20 novembre 1991

Les contrats souscrits avant cette date bénéficient d’une exonération totale des droits de succession, quel que soit le montant des capitaux transmis et l’âge de l’assuré.

Les contrats souscrits après le 20 novembre 1991

Pour les contrats souscrits après cette date, la fiscalité en cas de décès dépend de l’âge de l’assuré au moment du versement des primes, ainsi que du lien de parenté entre l’assuré et le bénéficiaire.

  • Si l’assuré avait moins de 70 ans lors du versement des primes, les sommes transmises sont exonérées de droits de succession dans la limite de 152 500€ par bénéficiaire. Au-delà de ce montant, les capitaux sont soumis à un prélèvement forfaitaire de 20%.
  • Si l’assuré avait 70 ans ou plus lors du versement des primes, les sommes transmises sont exonérées de droits de succession dans la limite de 30 500€ par contrat, tous bénéficiaires confondus. Au-delà de ce montant, les capitaux sont soumis aux droits de succession selon le barème en vigueur.

Les stratégies pour optimiser la fiscalité de son assurance vie

Pour tirer le meilleur parti de la fiscalité de l’assurance vie, il est important de mettre en place quelques stratégies.

Penser à la transmission

L’assurance vie est un excellent outil de transmission de patrimoine. En désignant des bénéficiaires, vous pouvez leur transmettre un capital en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse.

Respecter les plafonds d’abattement

Pour profiter pleinement des abattements fiscaux offerts par l’assurance vie, il est important de respecter les plafonds en vigueur. Vous pouvez ainsi adapter vos rachats en fonction de ces plafonds pour réduire votre imposition.

Diversifier ses placements

En diversifiant vos placements, vous pouvez répartir votre épargne sur différents types de supports (fonds en euros, unités de compte, etc.), ce qui permettra de lisser les risques et d’optimiser la fiscalité de votre assurance vie.

La fiscalité de l’assurance vie est un élément clé à maîtriser pour profiter au mieux de ses avantages. En comprenant les règles fiscales qui s’appliquent aux différents types de revenus, en bénéficiant des abattements et en adoptant des stratégies d’optimisation, vous pourrez tirer le meilleur parti de votre contrat. N’hésitez pas à faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine pour vous accompagner dans vos démarches et vous aider à adapter vos choix en fonction de votre situation et de vos objectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *