ordonnance médicale

Ecrit le 12 juillet 2023 Par Chiara de Pélauquin - 1023 Lectures


QSP ordonnance : les informations clés à retrouver sur une ordonnance médicale

Dans le monde de la santé, les ordonnances médicales jouent un rôle essentiel pour assurer la bonne prise en charge des patients et garantir leur sécurité. Mais savez-vous quelles informations clés doivent être présentes sur une ordonnance pour qu’elle soit complète et conforme aux réglementations en vigueur ? Dans cet article, nous vous proposons de découvrir les aspects fondamentaux d’une ordonnance médicale, à travers une analyse détaillée de ses éléments constitutifs et des bonnes pratiques à respecter.

Les informations indispensables sur l’ordonnance

Chaque ordonnance doit obligatoirement comporter un certain nombre d’éléments pour être considérée comme valide, aussi bien pour les professionnels de santé que pour les patients.

Les coordonnées du prescripteur

Tout d’abord, l’ordonnance doit mentionner les coordonnées complètes du prescripteur (médecin, dentiste, sage-femme, etc.), incluant son nom, son prénom, son adresse professionnelle, son numéro de téléphone ainsi que son numéro d’identification (RPPS) ou d’adhérent à la convention. Ces informations permettent d’assurer la traçabilité des prescriptions et de faciliter la communication entre les différents acteurs de la chaîne de soins.

Les informations relatives au patient

L’ordonnance doit également inclure les informations essentielles concernant le patient : ses nom et prénom, sa date de naissance, son adresse postale et, le cas échéant, son numéro de sécurité sociale. Ces éléments permettent d’identifier clairement le destinataire de la prescription et de s’assurer qu’elle lui est bien destinée.

La date de la prescription et la durée de validité

Il est indispensable d’indiquer la date de la prescription sur l’ordonnance, car elle détermine sa durée de validité. En France, la durée de validité d’une ordonnance est généralement de 3 mois, sauf exceptions. Par ailleurs, si le prescripteur souhaite limiter la durée de validité de la prescription à une période donnée, il doit l’indiquer explicitement sur l’ordonnance.

QSP ordonnance

Les médicaments prescrits : détails et bonnes pratiques

Une ordonnance doit, bien évidemment, préciser les médicaments prescrits ainsi que les modalités de leur administration.

La dénomination des médicaments

Le prescripteur doit indiquer le nom du médicament (générique ou de marque) ainsi que sa forme pharmaceutique (comprimé, gélule, sirop, etc.) et sa présentation (boîte, flacon, etc.). Il convient d’utiliser un vocabulaire clair et précis pour éviter les erreurs de délivrance.

A lire aussi :   Assurance santé pour personnes handicapées : à savoir sur ce type de contrat

La posologie et la durée du traitement

L’ordonnance doit également mentionner la posologie des médicaments prescrits, c’est-à-dire la quantité à prendre et la fréquence d’administration. De même, il est important d’indiquer la durée du traitement, afin que le patient sache combien de temps il doit suivre la prescription.

Les éventuelles mentions spécifiques

Enfin, certaines prescriptions peuvent nécessiter des mentions spécifiques, telles que la mention « non substituable » pour un médicament de marque ou des précisions sur les conditions de conservation ou de manipulation du produit. Le prescripteur doit veiller à ajouter ces mentions lorsque cela est nécessaire pour garantir la sécurité et l’efficacité du traitement.

L’importance de la lisibilité et de la clarté de l’ordonnance

Une ordonnance bien rédigée doit être lisible et compréhensible par tous les acteurs impliqués dans la prise en charge du patient, y compris par le patient lui-même. Pour cela, il est essentiel de respecter certaines règles de rédaction et de présentation.

La mise en page et la typographie

Il est recommandé d’utiliser une police de caractères claire et suffisamment grande (au moins 12 points) pour faciliter la lecture de l’ordonnance. De même, il convient de soigner la mise en page en veillant à laisser des espaces entre les différents éléments (coordonnées, médicaments, etc.) et en utilisant des puces ou des numéros pour lister les médicaments.

L’emploi de termes clairs et précis

Le prescripteur doit s’efforcer d’utiliser un vocabulaire adapté et de préciser les instructions pour éviter les ambiguïtés et les erreurs d’interprétation. Par exemple, il convient d’écrire « 1 comprimé matin et soir » plutôt que « 2 comprimés par jour », afin de préciser le moment de la prise.

Pour conclure, une ordonnance médicale doit impérativement comporter les informations clés permettant d’identifier le prescripteur et le patient, ainsi que les modalités détaillées de la prescription (médicaments, posologie, durée, etc.). Par ailleurs, il est essentiel de veiller à la clarté et à la lisibilité de l’ordonnance pour garantir la sécurité et la bonne prise en charge du patient. En respectant ces principes, vous contribuerez à améliorer la qualité des soins et la communication entre les professionnels de santé et leurs patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *